DONS DE VIE

7 février 2020 0 Par Charlene_fla

La vie, on a ça dans le sang 》.

Si vous me suivez depuis quelques temps sur Instagram, vous avez certainement déjà lu cette phrase sur mon compte. Je l’adore, car il n’y a rien de plus vrai ! Notre plus grande richesse, c’est la vie qui coule dans nos veines. & Certains d’entre nous peuvent réaliser le plus généreux des dons sans même dépenser un centime. Malheureusement, beaucoup ne sont pas assez informés ou trop peu sensibilisés sur l’importance de ces dons de vie pourtant indispensables. En effet, à l’heure actuelle, aucun produit n’est capable de remplacer le sang humain pourtant primordial pour le traitement de nombreux maux. Petit zoom aujourd’hui sur le don de sang total, les dons par aphérèse (plasma, plaquettes) et le don de moelle osseuse.

I. DON DE SANG

Késako ?

Le don de sang total est le plus répandu et rapide de tous. Il permet de prélever en une fois tous les composants du sang (plasma, plaquettes et globules rouges) qui seront par la suite séparés. Les globules blancs seront quant à eux écartés puisqu’ils représentent un risque de transmission de maladies. Le volume de sang prélevé varie en fonction du donneur, mais la quantité moyenne se situe entre 420 et 480 ml. Le prélèvement se fait plus ou moins de la même façon qu’une prise de sang classique et dure environ 10 minutes, parfois moins.

Déroulement du don.

Pour donner votre sang, vous devez vous rendre dans l’un des points de collecte de l’EFS (Établissement Français du Sang). Il existe des points fixes mais également mobiles que vous pouvez retrouver sur leur site internet. A votre arrivée, on vous fait tout d’abord compléter un questionnaire puis consulter un médecin afin de vérifier que le don ne représente aucun risque ni pour vous, ni pour le receveur. On s’assure également que vous ayez bien bu et bien mangé avant le prélèvement (il ne faut surtout PAS être à jeun). Ensuite, arrive le moment fatidique de la piqûre ! Beaucoup sont anxieux et ne donnent pas à cause de cela, mais sachez que la “douleur” ne dure pas plus d’une seconde et qu’on s’en accommode très vite avec l’expérience. Ce peut être un beau défi à vous lancer pour les plus réticents à la piqûre d’entre vous ! Une petite dizaine de minutes plus tard, on vous retire l’aiguille, et c’est l’heure de la récompense.. LA COLLATION 🥳 Souvent gourmande et copieuse, la collation est là pour vous apporter un temps de récupération avant le départ. Il est important de prendre le temps de se réhydrater correctement pour compenser la perte de liquide. Il faudra ensuite éviter toute activité physique intense dans les heures qui suivent votre don (seul point négatif 😉).

Qui peut donner et quand ?

Il est nécessaire de remplir certaines conditions pour être donneur, afin de ne mettre en danger ni votre santé ni celle du receveur. Aussi, il faut être âgé entre 18 et 70 ans, peser plus de 50 kgs (car la loi interdit de prélever plus de 13% du volume sanguin, et que le volume pour une personne pesant moins de 50 kgs n’est donc pas suffisant), et disposer d’un taux d’hémoglobine suffisant. Il ne faut pas déjà avoir été transfusé au cours de sa vie, ne pas s’être fait tatouer ou piercer dans les quatre derniers mois, ne pas avoir séjourné en Grande Bretagne entre 1980 et 1996 (oui oui, une histoire de maladie de Creutzfeldt-Jakob paraît-il), et pleins d’autres conditions que vous découvrirez au cours de l’examen préalable.

Sachez que si vous ne pouvez pas donner, vous avez tout de même le pouvoir de sensibiliser votre entourage à le faire !

Concernant la fréquence des dons, il faut respecter un délai minimum de 8 semaines entre deux dons de sang total. Les femmes peuvent donner au maximum 4 fois par an, et les hommes 6 fois par an.

L’importance de chaque don.

Comme dit précédemment, aucun produit de synthèse n’est à l’heure actuelle capable de remplacer le sang humain dont les besoins sont conséquents. En France, 10.000 dons sont nécessaires chaque jour pour subvenir aux besoins. Compte tenu du délai imposé entre deux dons, vous conviendrez qu’il est important d’avoir le maximum de donneurs réguliers !

II. DON DE PLASMA

Késako ?

Le plasma sanguin est le composant liquide du sang qui assure le transport de nos cellules vers nos différents organes. Il contient des protéines très intéressantes pour de nombreux malades qui le recevront soit sous forme de transfusion, soit sous la forme de médicaments dérivés du sang.

Source image: site de l’EFS

Déroulement du don.

Le déroulement global du don est sensiblement le même que pour un don de sang, sauf qu’il est impératif d’avoir pris un rendez-vous (le don durant plus longtemps). Vous remplissez le même questionnaire que d’habitude, puis vous vous entretenez avec le médecin. C’est au moment du prélèvement que le processus de don diverge de celui du don de sang total. En effet le don de plasma se fait par aphérèse, c’est à dire qu’une machine spéciale va venir prélever votre sang et vous réinjecter ce dont elle n’a pas besoin pour ne garder que le plasma. Un anticoagulant est également injecté dans le circuit afin d’éviter tout risque de coagulation (puisqu’on vous enlève du plasma). Pour ma part, le prélèvement en lui-même dure environ 45 mins mais cela varie en fonction du donneur, de la quantité prélevée et du débit sanguin. Vous vous rendez ensuite à la collation, comme pour un don de sang.

Qui peut donner et quand ?

Tous les donneurs de sang jusqu’à 65 ans peuvent effectuer un don de plasma. Un délai de 2 semaines est à respecter entre chaque don, ce qui représente la possibilité de donner 24 fois par an. Il est donc possible de donner régulièrement entre deux dons de sang total pour lequel le délai est plus long.

L’importance de chaque don.

Le don de plasma permet de sauver de nombreux malades et notamment les grands brûlés, les hémophiles et les patients souffrants de déficit immunitaire grave. Chaque jour, des milliers de dons sont nécessaires pour satisfaire les besoins. Le point positif, c’est que la science sait conserver le plasma congelé 1 an, à l’inverse du sang et des plaquettes qui se conservent bien moins longtemps.

III. DON DE PLAQUETTES

Késako ?

La transfusion régulière de plaquettes est indispensable pour les malades dits 《en aplasie》, c’est à dire ceux pour lesquels la moelle osseuse ne produit plus assez de cellules sanguines. Le principal rôle des plaquettes est de déclencher la coagulation du sang lorsque lésion il y a, afin d’éviter les hémorragies.

Déroulement du don.

Comme pour le don de plasma, le prélèvement se réalise par aphérèse et nécessite donc une prise de rendez-vous. La machine prélève entre 450 et 650ml de plasma riche en plaquettes. Elle filtre les éléments dont elle a besoin et vous réinjecte le reste. Le prélèvement des plaquettes est plus long que celui du plasma et dure en moyenne 90 minutes. Pour ma part, le prélèvement a duré un peu plus d’une heure, mais cela dépend toujours des caractéristiques du donneur. Il convient de se prévoir un peu de lecture ou d’investir pour avoir Netflix sur son téléphone ! Certains centres mettent à disposition des donneurs une filmothèque pour faire passer le temps. Je n’ai personnellement pas ressenti de douleurs pendant le prélèvement, même si j’ai commencé à me sentir un peu plus faible sur la fin. Il est bon de savoir que des professionnels de la santé veillent sur nous pendant toute la durée du don et qu’on peut les solliciter à tout moment. Du reste, l’organisation global du don est la même que pour les autres types de don (questionnaire – entretien préalable avec le médecin – prélèvement – collation).

Qui peut donner et quand ?

Tout donneur apte au don du sang et de plasma disposant d’un taux de plaquettes suffisamment élevé peut donner. Il faut également que vos veines soient compatibles avec ce type de don, c’est le personnel médical qui vous le dira.

Un délai de 4 semaines est à respecter entre chaque don, soit 12 dons par an.

Fréquence des dons – Source image : site de l’EFS

L’importance de chaque don.

La durée de vie extrêmement courte (5 jours) des plaquettes nécessite une forte mobilisation. Chaque jour, au moins 800 dons de plaquettes sont nécessaires. La régularité des dons est donc la clé.

IV. DON DE MOELLE OSSEUSE

La moelle osseuse assure la production des cellules souches hématopoïétiques. Derrière ce nom barbare se cache les cellules à l’origine des cellules sanguines, leur production est donc indispensable ! La moelle osseuse est un tissu présent au centre des os, ce qui nécessite un prélèvement plus particulier. Mais avant de pouvoir effectuer un don de moelle osseuse (à ne surtout pas confondre avec la moelle épinière!), il faut respecter plusieurs étapes.

L’inscription sur le Registre France Greffe de Moelle.

Il faut savoir que les chances de compatibilité entre deux membres d’une même fratrie sont seulement de 1 sur 4, ce qui rend souvent nécessaire la recherche d’une personne compatible sur le Registre français de Greffe de moelle et les registres nationaux des autres pays. La compatibilité reste faible, une chance sur un million entre deux personnes qui ne sont pas frères et sœurs ! C’est pourquoi il est indispensable d’avoir le maximum de profils génétique différents inscrits sur ce registre, afin d’augmenter les chances des malades de trouver un donneur et d’enfin GUÉRIR.

L’inscription est relativement simple et rapide. Le futur donneur fait une demande de pré-inscription par formulaire. Ensuite, le candidat passe un entretien médical avec un médecin afin de définir s’il est éligible à ce type de don et de réaliser un typage HLA. Il s’agit d’une analyse sanguine rapide qui permettra de déterminer la compatibilité ou non avec un demandeur. Si tout est bon, le candidat au don est inscrit sur le Registre par l’agence de biomédecine. Il s’engage à rester joignable et à transmettre toute modification de ses coordonnées. La compatibilité étant très faible, le donneur pourrait être rappeler 20 ans après son inscription sur le Registre, voire même jamais !

Déroulement du don en cas de compatibilité.

Il existe deux modes de prélèvement de la moelle osseuse : le prélèvement dans le sang par aphérèse ou le prélèvement par ponction dans les os postérieurs du bassin. Bien évidemment, ce n’est pas le donneur qui choisit le type de prélèvement, mais le médecin du receveur qui détermine quel est le mode le plus adapté en fonction des besoins de son patient. Le prélèvement intra-osseux permet de recueillir les cellules souches hématopoïétiques ET leur milieu environnant, tandis que le prélèvement par aphérèse ne permet de recueillir que les cellules souches.


Pour le prélèvement par aphérèse (utilisé dans 75% des cas), le donneur reçoit quelques jours au préalable des médicaments stimulant la production des cellules de la moelle osseuse. Ce médicament fera également passer ces cellules des os vers le sang, pour permettre leur récupération en un ou deux prélèvements de 4h environ.


Le prélèvement par ponction dans les os du bassin se déroule quant à lui sous anesthésie générale et nécessite donc une hospitalisation de 48h. C’est pourquoi il est important de bien réfléchir à cet acte. La législation en vigueur oblige le donneur à donner son consentement formel devant le tribunal de grande instance juste avant son don. Le donneur peut évidemment se rétracter.


Il est utile de savoir qu’un arrêt de travail d’une durée jugée par le médecin vous sera délivré, et que les pertes éventuelles de salaire ainsi que les frais engagés seront couverts !

Et après le don ?

Des questionnaires de suivi seront transmis au donneur. Ce dernier ne connaitra JAMAIS l’identité du receveur, et ne saura pas si son don a permis, ou non, de guérir entièrement le receveur. Cependant, le donneur peut-être amené à redonner une seconde fois au même patient si le premier don n’a pas été suffisant. En revanche, il ne donnera plus jamais à un second patient, excepté si celui-ci est un membre de sa famille (il s’agit de l’unique motif pour lequel un donneur peut donner sa moelle osseuse à deux patients différents, car bien évidemment tout le monde se préserverait pour sa famille sinon).

Sachez que vous avez en vous le pouvoir de sauver de nombreuses vies, et même celui de guérir la leucémie ! J’espère que cet article (un peu long, veuillez m’en excuser!) vous aura fait réfléchir sur l’importance de tous ces dons et vous aura convaincu de passer à l’action !